Bleach Survival

La guerre totale...Les mondes spirituels rattrapés par le réel...Qui l'emportera?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Meeting à Las Noches

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kiefer
La Primera Espada / Kiefkief
avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 19/04/2008
Age : 33
Localisation : Wherever I may roam

Informations des personnages
Rang: 1
Expérience:
1200/1200  (1200/1200)
Etat: En pleine santé

MessageSujet: Meeting à Las Noches   Mer 29 Oct - 11:47

Citation :
Post pas très long, mais de toute façon j’ai rien d’autre à dire ^^

La réunion serait encore une improvisation. Si le message à faire passer était clair, Kiefer n'aimait pas prévoir ses mots, préférant la spontanéité de ses réactions. Les messagers principaux avaient été envoyés, chacun avec une personne précise à contacter, et bientôt tous seraient réunis dans cette pièce. Il fallait dire que son ordre était clair : il réclamait leur présence séance tenante. Des Espadas. Et un Numeros. Pour la mission, seulement des membres du groupe des 10 auraient été plus efficaces, mais ce petit Numéros là traînait depuis déjà des semaines dans la tête du Primera.

Parceque oui, ça faisait presque un mois qu'il n'avait pas revu Netaly. Plusieurs taches importantes n'avaient pas laissé l'occasion de se distraire, et puis de toute façon Kiefer n'était pas quelqu'un d'impatient. Le seul ordre vraiment important qu'il avait donné pendant ces semaines était clair : pas question qu'un Arrancar traverse Garganta pour le moment. Ce serait un motif de punition, il avait été sans appel là dessus. Pour le monde des humains, ce serait silence radio. Mais maintenant, peut être fallait il songer à faire changer les choses... Il était prêt. Et le Monde des Humains aussi était prêt pour la puissance des Arrancars, surtout des Espadas.

La petite présence se décida à sortir du coin dans lequel elle s'était rendue. A sa vue, Kiefer eut un petit sourire. Les autres messagers étaient déjà partis, mais celui là était resté sans mission, et le Primera lui avait demandé de rester quelques instants. L'Arrancar n'avait pas un mauvais niveau, de là à dire qu'il aurait pu rentrer dans l'Espada, il y avait un pas, mais il suffirait bien pour ce qu'il lui demandait.

"Veille que le trio se sépare bien. Je la veux ici, elle, pas les deux autres. Retient les ou ça t'arrange si besoin est, mais je ne les veux pas derrière la porte. Et referme les battants en sortant."

La silhouette élancée du messager s'inclina, comprenant sa mission et il s'éclipsa sans tourner le dos au Primera. Il accomplirait son geste immédiatement, il avait déjà du retard sur les autres. En quittant la salle, le messager avait refermé les portes. Chaque "invité" qui y rentrerait devrait en pousser les lourds battants, laissant à Kiefer quelques secondes pour le détailler. C'était une sorte de barrière mentale. Ce qui se passerait dans cette pièce était quelquechose de sérieux, un lancement de mission important. On n’était pas ici pour baguenauder, comme certains l'avaient imaginé. La mission du messager fluet visait Netaly et son petit groupe. Pour en avoir fait l'expérience de lui même, il savait que la petite Numeros n'était pas elle même quand la santé de ses camarades était en jeu. En divisant leur groupe, il lui permettait d'être elle même, mais aussi maintenait une certaine pression sur ses épaules : il savait ou taper avec elle pour la contrôler.

Les premiers conviés n'allaient pas tarder à arriver. Kiefer s'installa donc sur la chaise blanche en bout de table. Autour de table rectangulaire, il y avait d'autres sièges, 9 en tout sans compter le sien. Ce lieu était dédié aux rassemblements de l'Espada, mais le Primera ne serait pas gêné de voir une simple Numeros prendre place avec eux. Après tout, il y aurait des emplacements vides, et on réfléchissait mieux ainsi installés. Il appuya son dos contre le dossier et fit craquer ses cervicales en hochant la tête à droite et à gauche. Bien. C'était quand ils voulaient...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saphyrr.deviantart.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Meeting à Las Noches   Ven 31 Oct - 14:23

Ellana était tranquillement assis sur le toit de Las noches. Il aimait ce lieu, car il était l’un des seuls, voir le seul, a y aller. Son occupation en haut se présumait alors a deux mots : rêveries et réflexions. Deux choses que la décima adorait. Il faut dire qu’il s’ennuyait, aussi… L’arrancar ferma les yeux, se remémorant ce qui s’était passé…

L’Espada s’était retrouvé au complet dans la salle du trone, plus une fraccion et un numéros. Aaah, la numéros. Ellana sourit en y repensant. Cette arrancar avait un sale caractère, mais l’amusait beaucoup. Quand a la fraccion, il l’avait aperçut avant de sortir de la salle, avec Dante. La décima aimait bien ce dernier. Calme, presque discret, il dégageait cependant une puissance digne de son rang. Et la relation qu’il entretenait avec sa fraccion lui faisait penser a Stark et Lilinette. Lorsqu’il était au service d’ Aizen, il cotoyait beaucoup ces deux arrancars et s’amusait beaucoup avec eux. Ils lui avaient manqué, quand ils étaient partis… Et enfin, les pensés d’ Ellana se tournèrent vers la primera. Kiefer…

Avec une grimace, la décima porta la main a son nez. Il n’avait pas oublié le cero que son supérieur avait bien failli lui lancer. Et cela simplement a cause de l’enthousiasme de l’arrancar. Ce type allait le lui payer. Il le savait bien plus fort que lui, mais attention. Dès que l’arrancar aurait l’occasion de se venger, il la prendrait. En attendant, autant éviter les ennuis…

Entendant un bruit de pas, Ellana se leva et se retourna. Un arrancar apparut devant lui. Un numéros… La décima ne le connaissait pas très bien, mais il savait que sa force était proche de la sienne, meme si il y avait une fifférence entre eux que rien ne pourrait dépasser. Un peu comme entre Noitora et Ulquiorra. L’homme qui lui faisait face prit la parole…

« La priméra te demande, Ellana Natsume. A la salle de réunion… »

L’arrancar partit. Un sourire éclaira les lèvres de la décima. A la salle de réunion, hein… Il sentait qu’il allait y avoir de l’action. Cool… L’espada sauta du toit, pris appuie sur un mur, et se réceptionna par terre. Puis il entra dans le palais, et s’avança vers la salle de réunion.

Une fois arrivé devant la porte l’arrancar la poussa. Calmement, il pénétra dans la pièce, s’avança un peu, puis s’inclina devant la priméra, avant de s’adresser a lui, d’une voix neutre.

« Ellana Natsume, décima espada, au rapport, chef. »

Puis il alla s’asseoir et fermer les yeux, attendant la suite…
Revenir en haut Aller en bas
Netaly Zinga
Arrancar Duodécimo / La p'tite faucheuse
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 22/04/2008
Age : 97
Localisation : Las Noches

Informations des personnages
Rang: 5
Expérience:
625/1000  (625/1000)
Etat: En pleine santé

MessageSujet: Re: Meeting à Las Noches   Sam 1 Nov - 22:42

Le messager que Kiefer avait dépêché pour faire venir Netaly se déplaçait rapidement à travers les couloirs du palais, à la recherche de son destinataire. Bien qu'il avançât à bonne allure, il n'avait pas recours au sonido, aussi ne faisait-il pratiquement aucun bruit, tout juste un claquement de talon quand on pied reprenait appui sur le sol. Il était plutôt grand, et sa silhouette élancée laissait deviner une certaine souplesse, que ne venait pas contredire l'apparente aisance de ses mouvements. De visage, on lui aurait donné une vingtaine d'années tout au plus, mais ses yeux gris avaient vu défiler les siècles. Il paraissait concentré ; ses fins sourcils noirs étaient à peine froncés et la ligne de ses lèvres était dure, presque sévère. Il avait repéré les émanations spirituelles des individus qu'il cherchait, et suivait la piste qui le conduirait à eux. Le seigneur Kiefer, après avoir envoyé les autres messagers quérir les membres de l'Espada, l'avait pris à part pour lui expliquer ce qu'il aurait à faire. Celle qu'il devait ramener s'appelait Netaly. Bien qu'il ne la connût pas vraiment, il lui était déjà arrivé de la croiser au palais, et il avait retenu certaines caractéristiques de son empreinte spirituelle. C'était pour cette raison que certains Numeros jouaient le rôle de messager : grâce à leur mémoire et à leur flair, ils constituaient pour ainsi dire les chiens de chasse de leur maître, bien que jusqu'à présent ils n'aient jamais été utilisés pour le combat, se cantonnant à un simple travail de communication.

Il finit par remonter complètement la piste spirituelle du trio d'Arrancars. Ceux-là se trouvaient dans une petite salle dans un état de délabrement relativement avancé, comme si on en avait abandonné les travaux avant la fin : des gravats jonchaient le sol et çà et là, des colonnes brisées étaient ancrées dans la poussière, servant de sièges de fortune aux occupants de la salle. Le messager repéra immédiatement celle qu'il était venu chercher : assise sur l'une des colonnes, une jambe pliée ramenée contre sa maigre poitrine, la fille était occupée à frotter la lame de son zanpakutô avec un mouchoir pour en ôter le sang. Non loin d'elle, un homme se tenait appuyé contre un mur, les bras croisés sur son torse ; il leva sur le messager son oeil visible sitôt qu'il eut posé un pied dans la salle. Quant au troisième membre du groupe, il s'était juché sur la seule colonne qui tenait encore debout, mais qui, coupée avant le plafond, laissait suffisamment de place à un homme assis. Dès qu'il fut certain que tous le regardaient — la fille ne bougeait plus et l'observait d'un air peu avenant, la main prête à glisser de sa lame à sa poignée — le Numeros dépêché par Kiefer prit la parole, ses yeux plantés dans ceux de la petite Arrancar.


« Je suis porteur d'un message à l'intention de Netaly, dit-il simplement, Le seigneur Kiefer requiert sa présence dans la salle de réunion de l'Espada. »

Un silence suivit sa déclaration. Dès que le nom de la Primera avait été mentionné, Netaly s'était raidie. Leur dernière rencontre remontait à un mois, mais elle n'avait pas oublié en quelles circonstances cela s'était passé. Aujourd'hui, la blessure d'Esaac était guérie, mais il conserverait une cicatrice sous l'épaule gauche, près du coeur. Elle savait que son ami avait honte de cette marque, souvenir de son humiliation ; elle ressentait la même chose quand elle apercevait la ligne de peau blanche qui serpentait sous le vêtement. Elle lui avait sans doute sauvé la vie en présentant ses excuses à la Primera, mais elle ne pouvait pas ne pas en concevoir de la honte. Se rendre sans tenter de se battre allait contre leur nature à tous les deux.
Malgré le fait que Kiefer l'avait prévenue qu'il la solliciterait dans un avenir proche, cela surprit Netaly qu'il l'appelle auprès de lui. Pourquoi, dans quel but?


« Elle seule ? voulut savoir Gleb, qui n'avait pas manqué de noter que le messager s'adressait exclusivement à son amie.
— Vous n'êtes pas autorisés à l'accompagner, répondit l'autre.
— Peut-on savoir pourquoi ?
— Telle est la décision du seigneur Kiefer. Je n'ai pas à vous en dire plus. »


Netaly et Gleb échangèrent un regard. Comme répondant à une interrogation muette, l'homme au binocle acquiesça. Maîtriser ce type pour le forcer à parler ne serait pas difficile pour eux, mais il était là sur ordre de la Primera : tout agissement allant à l'encontre des désirs de leur chef risquait d'être gravement puni. La décision ne leur appartenait pas.
La petite Arrancar essuya une dernière fois la lame de son zanpakutô, puis se leva et rangea son sabre dans le fourreau qui pendait à sa taille. Son visage avait repris son expression habituelle, c'est donc les sourcils froncés et un rictus mauvais aux lèvres qu'elle s'approcha du messager.


« Pfff, puisqu'on n'a pas le choix... Allez, montre-moi le chemin face de fion, plus vite j'y serai, plus vite j'en serai r'partie. »

Sans daigner répondre à sa provocation, le messager hocha la tête et tourna les talons, Netaly à sa suite. Quand elle fut partie, Gleb leva les yeux sur la colonne en haut de laquelle Esaac était posté. Il gardait le visage fermé et fixait le mur en face de lui. Gleb poussa un soupir, mais ne lui demanda pas pourquoi il n'avait rien dit, lui qui gueulait toujours sans réfléchir.
Le messager avançait vite, Netaly dut forcer l'allure pour se maintenir à sa hauteur. En le voyant entrer dans la salle, elle n'aurait pas crû que ce type possédât de telles capacités de déplacement. Elle l'aurait volontiers attaqué pour le tester un peu, malheureusement l'heure ne se prêtait pas aux échanges brutaux, bien qu'elle n'aurait pas été contre se vider un peu la tête. Cela ne lui disait rien qui vaille de se présenter à nouveau devant la Primera... qu'est-ce qu'il pouvait bien lui vouloir? Un coup d'oeil en coin sur le visage concentré du messager suffit à la persuader qu'il ne répondrait pas à sa question. Ses cheveux ressemblaient un peu aux siens, mais plus longs, plus disciplinés, et ils contrastaient fortement avec sa peau pâle au teint presque jaunâtre.

Arrivés à destination, le messager s'arrêta un instant devant les portes de la salle.


« À partir d'ici, tu continues seule, dit-il, Je ne suis pas autorisé à entrer pendant la réunion.
— La réunion ?
répéta Netaly, incrédule, Va y avoir les autres Espada là-dedans ?!
— Ils ne sont pas encore tous arrivés. Entre, présente-toi devant le seigneur Kiefer, attend ses ordres. Nous tous, ici, devons le servir de notre mieux. »


Sur ces mots il partit, secrètement satisfait de frustrer par sa réponse la petite Arrancar. Après une courte hésitation, Netaly appuya une main contre le battant de la porte. Elle inspira, puis ouvrit.
À l'intérieur, il y avait deux membres de l'Espada : celui qui l'avait énervée, un mois auparavant, et Kiefer. Tentant de se plier aux convenances, Netaly adressa à la Primera un signe de tête qui se voulait respectueux, mais qui restait encore trop familier pour l'étiquette. Elle ne dit d'abord rien, resta plantée là, avant d'oser parler.


« Vous m'avez demandée ? »

Elle attendit ensuite la réponse de Kiefer, tout en se préparant mentalement à l'une de ses petites phrases moqueuses qui avaient déjà failli la faire sortir de ses gonds, avant qu'elle ne mesure toute l'étendue de son inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://koklico.deviantart.com
Dante
Segunda Espada
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 02/06/2008
Age : 28
Localisation : En dessous d'une pompe à bière plus que certainement

Informations des personnages
Rang: 2
Expérience:
1000/1000  (1000/1000)
Etat: En pleine santé

MessageSujet: Re: Meeting à Las Noches   Dim 2 Nov - 1:45

Le messager n'eut aucun mal à le trouver, Dante n'était pas vraiment ce qu'on pouvait appeler un client difficile. Il était simplement assis sur un siège de pierre blanche dénué de tout ornement, orienter face à la fenêtre, dans ses appartements. Comme souvent il était littéralement noyé dans une transe étrange qui lui donnait l'aire de dormir les yeux ouverts, d'un sommeil clame et paisible. Ou autant que peut l'être celui d'un Arrancar...Ellena était à ses côtés, comme toujours, elle ne disait rien et comme lui, admirait à travers la fenêtre que n'était autre qu'un simple trou béant creusé dans la roche blanche de Las Noches le désert. Qui, sans se contenter de lui répondre par sa simple couleur, semblait appeler le palais des maître du Hueco Mundo en un cri déchirant, comme à l'agonie et porteur de toute la tristesse et la haine abjecte et primitive des âmes qui le peuplaient.
Les yeux d'or de Dante semblait perdu dans l'immensité de sable blanc, qui luisait nonchalamment dans la nuit lui qui n'avait pourtant jamais connu le soleil. Le silence faisait ici écho à la mort et au désespoir et était l'essence même de ce cri envoutant et perturbant à la fois.

Il avait senti (comme Ellena) le messager s'approcher, presque imperceptible à l'ouïe mais parfaitement reconnaissable...L'odeur ! Un léger sourire avait étiré son visage, qui était depuis si longtemps immobile et sans la moindre expression quel qu'elle soit, qu'on aurait pu s'attendre à ce que sa peau se craquelle et comme une vielle statue de plâtre tombe en poussière et en morceau. Ses yeux hypnotiser jusque la reprirent tout à coup vie, une leur fauve se ranimant tel un feu au fond d'eux et Ellena, sans qu'il ne soit nécessaire de le lui dire, pris la direction de la porte. Lorsque le Numéros voulu demander a entrer et juste à l'instant ou les premiers mots sortaient de sa gorge pâle, Ellena apparu face à lui. Parfaitement droite et le visage fermé elle l'invita d'un geste poli mais, ferme à entrer. Le Numéros s'exécuta aussitôt pressé d'en finir avec cette mission qui aussi simple qu'elle soit, le mettait mal à l'aise. Personne n'aimait se rendre dans les appartements du Segunda ou même lui délivrer simplement un message. C'était un Arrancar aussi puissant qu'instable et effrayant. Le messager était petit, frêle, davantage taillé pour la course que pour le combat et même de dos, le Segunda l'effrayait. Ses épaules musculeuses mais parfaitement proportionné qui laissait deviné sous le tissu de son uniforme un corps svelte et élancé qui avait quelques choses de félin. Sa longue chevelure noire mate, qui semblait absorbé le peu de lumière qui régnait, dans un appartement austère, à l'ambiance pesante. Comme un univers de torture et de mort, reclus dans un autre plus vaste encore qui répondait au même gène. Ses doigts blanchâtres, longs, fins et pointu comme les griffes d'un prédateur antique dont toutes les espèces aurait oublié l'existence même et qui laissait entrevoir la formidable machine à tuer, à qui il devait délivrer ce message. Tout cela l'effrayait et nul doute qui si l'Espada fût de face, il aurait tremblé de peur...


« Alors ? Que me veut notre chère Primera ? M'apporte-t-il un peu de distraction ? »
Le Numéros recula instinctivement, comme l'aurait fait n'importe quel être, face à un autre d'une envergure et d'une force plus élevée. Mais ne se laissa pas détourner de sa mission, par la voix calme mais grave autant que froide. »


« Je n'en sais rien maître Dante, il m'a simplement demandé de...de...De vous demander de...Eh bien........... »

« Eh bien petit numéros ? Tu ne voudrais pas me faire perdre mon temps et encore moins faire perdre du temps à notre maître qui doit j'en suis sûr déjà s'impatienter. »

« Non, non bien sûr, ça me revient la maintenant hum...Vous devez, vous rendre immédiatement à la salle de Réunion par ordre de maître Kiefer qui vous y attend. »


L'évocation du nom de son maître avait stimulé son esprit et sa mémoire comme un coup de fouet, un avertissement et il avait de suite retrouvé l'objet de sa venue. A présent il espérait que le Segunda n'attendait pas de lui qu'il le conduise jusque là. Il n'avait vraiment pas envie de devoir supporter l'oppressante atmosphère qui régnait autour de cette Espada. Atmosphère qui à vrai dire pour un Numéros comme lui, pouvait se faire sentir chez tous, mais lui c'était pire encore.
« Merci je vais y aller de suite tu peux...disposer. »
Un ordre que le Numéros béni de tout son esprit Hollownique et ne se le fît pas répéter une seconde fois avant de déguerpir, tirant à Dante un sourire amuser. C'était toujours une expérience incroyable pour lui ! Il suffisait de laisser une faible partie de son immense reiatsu s'immiscer dans l'atmosphère, comme un parfum subtil qu'on ne parviendrait pas à détecter mais qui vous chamboulerait les sens, pour faire paniquer tous les Numéros de faible niveau. Dans un univers ou la loi du plus fort était reine, un signale comme celui là, était vite interprété comme un signe de danger dans le Hueco Mundo et chez les Arrancar les plus faibles de Las Noches créait un sentiment de malaise du à une assimilation instinctive à ce danger. Héritage d'une vie obscure dans les bas fond du Hueco Mundo et dans la forêt des Menos.

Sortant une bonne fois pour toute de sa léthargie, il emboîta le pas à sa Fraccion qui avait déjà pris la direction de la salle ou l'attendait Kiefer et probablement les autres Espada. Il était de bonne humeur aujourd'hui et cette marche allait délier ses muscles engourdis depuis des jours, à force d'être resté comme un fantôme assis sur son siège. Il eut vite fait de revenir à hauteur d'Ellena et tout deux continuèrent calmement à travers les couloirs de Las Noches, se dirigeant instinctivement sans besoin aucun d'indication tant il avait arpenté encore et encore les sombres couloirs de la forteresse. Le chemin n'était pas long et ils arrivèrent vite à hauteur du couloir ou se trouvait la porte de la salle de réunion. Pourtant, il ne s'y engagea pas de suite et retint, posant la main sur son épaule, sa Fraccion un instant. Ce qui la fît légèrement frissonner et lui tira un sourire, manifestation très rare sur son visage si froid habituellement. Il avait senti arriver de l'autre côté, accompagné de son messager probablement, la petite Numéros de la dernière fois qui l'avait tant distrait et ne put s'empêcher de l'observer avancé vers l'entre-bâillement de la porte, sentant en elle une foule de question et une réelle curiosité. Lorsqu'elle fût rentrée, il pressa le pas et s'engagea dans le couloir, arrivant à hauteur de la porte au moment ou la jeune Arrancar se présentait au Primera
.

« Vous m'avez demandée ? »

La phrase, aussi polie que possible pour cette petite sauvageonne lui tira un nouveau sourire, quelques choses c'était passé et il semblait que Kiefer...Ait trouvé un moyen de la contrôler, ou presque. Il fît signe à Ellena de l'attendre là et d'un regard lui demanda de ne pas écouter ce qui se dirait à l'intérieur...Pas cette fois. Il entra dans la salle sans bruit, mais sans se dissimuler et passant à côté de la petite Arrancar, brulant la politesse au Primera souffla (son visage n'exprimait rien de bien particulier mais, sa voix un certain amusement) :

« Allons, évidemment, sinon que ferais-tu là petite... Le respect n'est pas automatiquement synonyme d'ennui, de bride ou de bêtise. Ne change pas trop il pourrait...Ne plus t'apprécier. »

Son regard croisa juste l'espace d'un instant celui de ce qui à première vue semblait être à présent la Fraccion de leurs maître et la dépassant salua d'un geste de la main, le gratifiant au passage également d'un regard paisible et respectueux, le Primera et jugeant que c'était assez alla s'asseoir à sa droite, là où il avait décidé qu'il serait le mieux à peine arriver au service de Kiefer (il avait d'ailleurs pris la peine de marquer son numéro en chiffre romain sur le dossier du siège en pierre). Puis croisa les bras, ferma les yeux et attendit que le maître des lieux s'exprime curieux de savoir ce qui l'avait poussé à le tirer mais aussi, à se tirer, de sa retraite. Car sur ce point, ils étaient de parfaite copie...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiefer
La Primera Espada / Kiefkief
avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 19/04/2008
Age : 33
Localisation : Wherever I may roam

Informations des personnages
Rang: 1
Expérience:
1200/1200  (1200/1200)
Etat: En pleine santé

MessageSujet: Re: Meeting à Las Noches   Lun 3 Nov - 20:09

"Occupe toi de tes fesses, Dante."

Non, en fait Kiefer ne dit pas du tout ça, il ne dit même rien du tout, gardant sa main droite devant ses lèvres, immobile, seuls ses yeux suivaient la progression des arrivants. Installé un peu négligemment sur son siège, un coude posé sur l'accoudoir et l'autre bras ramené sur ses genoux, on aurait pu croire qu'il piquait un petit roupillon. Si il n'avait pas eu les yeux grands ouverts. Le premier à entrer fut Ellana, le Decima. Il le regarda progresser, calme, plus raisonnable que la dernière fois apparemment, et s'installer en fermant les yeux. Il avait même pris soin d'esquisser une petite révérence. Le petit Cero dans la tronche lui avait fait reprendre une attitude plus supportable on dirait. Tant mieux, Kiefer n'allait pas s'en plaindre.

Toujours silencieux, le Primera entendit derrière la porte l'arrivée de Netaly. Il savait qu'il ne s'agissait pas du Secunda parceque même sans ouvrir ses Pesquias, il aurait senti Dante arriver. La petite arrancar poussa la porte seule, ce qui était une très bonne chose. Comme il l'avait précisé au messager, il n'avait pas envie que son bouffon rouquin l'accompagne, ou vienne derrière la porte, l'attendre. En fait il avait pris le temps, pendant ce mois ci, de se renseigner un peu sur la petite Arrancar, et si il n'avait pas fait d'elle officiellement sa Fraccion, il la considérait comme faisant partie de son cheptel personnel. A ce titre, il n'appréciait pas les deux Guss qu'elle traînait avec elle, mais il semblerait que ces deux là et elle soient amis. Un concept qu'il ne saisissait pas mais qui avait fait ses preuves comme moyen de pression alors il avait laissé coulé, choisissant de les laisser vivre leur petite vie tous les trois. Sauf que maintenant il était temps de passer à l'action et qu'il la voulait, elle, près de lui.

La Numeros se tenait debout, elle devait se demander ce qu'elle faisait ici, et d'ailleurs elle posa la question. Dante était arrivé à sa suite, et c'est lui qui s'était permis de répondre. A son intervention, Kiefer avait froncé des sourcils, pensant assez fort le "occupe toi de tes fesses", sans toutefois le dire. Ce n'était pas le moment de sortir une telle phrase. D'autant plus que Dante avait continué sa route et venait de prendre place à côté de lui. Bien. Il laissa flotter quelques secondes de silence, regardant la Numéros, puis enfin il enleva sa main de devant sa bouche.

"Netaly, assieds toi. N’ importe où, ne t'occupe pas du numéro marqué sur la chaise. On est au complet, alors commençons."

Il se redressa sur sa chaise, posa les deux coudes sur la table et regarda rapidement les trois arrancars présents. Il avait leur attention, bien. Il avala sa salive. Il savait qu'il allait devoir leur sortir un long discours.

"Bien, vous connaissez tout comme moi, j'imagine, la position actuelle du Hueco Mundo par rapport à la Soul Society, mais surtout au monde des Humains. Nous sommes les mauvais élèves du groupe, et nous souffrons depuis plusieurs décennies d'un appauvrissement provoqué par la montée en puissance des mortels. Avec leur nouvelle énergie, nous sommes en concurrence avec eux sur les matières premières, à savoir les âmes, le potentiel de Reiatsu. Il y a de moins en moins de Hollows et de nourriture, et nos effectifs se réduisent. La Soul Society, malgré ses beaux discours sur l'équilibre de la balance, ne fait rien pour régler le problème, alors il est temps pour nous d'expliquer notre point de vue."

Il fit une courte pause, pour leur laisser le temps de digérer son monologue.

"C'est pourquoi je vous ai appelés. Il est temps que le Hueco Mundo affirme sa présence, qu'on leur explique qu'il serait bon de ne pas nous prendre pour une force négligeable. Las Noches est reconstruite, il faudra compter avec nous. Garganta va être réouvert pour deux missions parallèles."

Il eut un petit sourire.

"Deux points stratégiques sont visés : Karakura, et Miskatonic. Je ne veux pas de destruction totale ou de déferlement massif, juste quelques frappes chirurgicales, de quoi faire mal, vite, et bien, leur donner un petit aperçu du futur. Il est hors de question qu'un de vous éprouve des difficultés ou même ne serais-ce que témoigne d'une faiblesse possible. Le but est de leur faire voir que ces attaques ne représentent pas le millième de ce que nous sommes capables de leur faire subir. Je vous laisse le choix des cibles, mais que ça soit symbolique."

Enfin, Kiefer s'autorisa à reposer son dos contre le dossier se sa chaise. Ce qu'il avait de principal à dire était dit. Il regarda tranquillement les trois arrancars devant lui.

"Pour finir, les équipes seront constituées d'Ellana et Dante. Tu peux amener ta fraccion si ça t'amuse, tant qu'elle ne faiblit pas. Vous irez à Karakura. C'est un lieu important mais à deux Espadas vous devriez vous en sortir facilement. Quand à moi j'irais à Miskatonic avec Netaly. Il est temps de découvrir un peu le Monde des Hommes, et je veux pouvoir comparer la puissance d'un non-Espada face aux défenses humaines. Des questions?"

Il avait l'air satisfait d’avoir fini sa petite explication.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saphyrr.deviantart.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Meeting à Las Noches   Mar 4 Nov - 0:40

Ellana garda les yeux fermés durant tout le temps ou les arracars continués d’entrer dans la salle d’audience. Il finit par les ouvrir lorsque tous furent rentrés, et un sourire en coin apparut sur son visage quand la primera commença son exposer. Il enleva ses mains de ses poches et les joignit sur la table, devant lui. Il baissa les yeux, réfléchissant en même temps que Kiefer parlait. Effectivement, il comprenait la stratégie de l’arrancar… Regardant autour de lui, son regard s’arrêta sur Netaly. Il ne savait pas ce qui s’était passé, mais décidément, ce numéros attirait l’attention. Bah, pas grave. Le numéro dix s’en fichait comme sa première chaussette…

"Pour finir, les équipes seront constituées d'Ellana et Dante. Tu peux amener ta fraccion si ça t'amuse, tant qu'elle ne faiblit pas. Vous irez à Karakura. C'est un lieu important mais à deux Espadas vous devriez vous en sortir facilement. Quand à moi j'irais à Miskatonic avec Netaly. Il est temps de découvrir un peu le Monde des Hommes, et je veux pouvoir comparer la puissance d'un non-Espada face aux défenses humaines. Des questions?"

Lorsque la primera eut terminé, Ellana regarda Dante. Génial. Non seulement il allait y avoir de l’action, mais en plus il allait y aller avec un arrancar qu’il appréciait. Il trouvait que la segunda était quelqu’un de raisonnable et lui rappelait constamment Stark. Autrefois un excellent ami. Son regard glissa de son coéquipier vers sa fraccion, et lui fit un sourire chaleureux. Il aurait bien aimer avoir une fraccion, lui aussi… mais son niveau ne le lui permettait pas, malheureusement… Cela dit, les deux arrancars lui rappelait constamment l’ancien tercera et sa fraccion. Il ne les avait pas vus très longtemps, mais cela était suffisant pour lui pour s’apercevoir du lien étroit entre les deux arrancars. Finalement, la décima finit par se tourner vers Kiefer et demanda, d’une voix extrêmement calme et posé. Cela dit, il n’oublierait pas de si vite le celo qui a failli lui cramer la face de si vite. Mais ce sera pour plus tard. Pour le moment, il renferma son animosité à l’intérieur de lui. C’était encore trop tôt…

"Juste une question: on peut se déchaîner sur les humains, aussi ?"

Sa question était simple : il n’avait pas oublier son ancienne vengeance, et comptait tuer le plus d’humain possible. Si la primera lui donnait la permission, une chose était sur, il y aurai beaucoup de cadavres….



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Netaly Zinga
Arrancar Duodécimo / La p'tite faucheuse
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 22/04/2008
Age : 97
Localisation : Las Noches

Informations des personnages
Rang: 5
Expérience:
625/1000  (625/1000)
Etat: En pleine santé

MessageSujet: Re: Meeting à Las Noches   Mar 4 Nov - 1:43

Encore ce type qui débarquait à l'improviste pour se payer sa tronche! Netaly était déjà à cran, et en temps normal ça aurait été la goutte d'eau qui aurait fait déborder le vase, seulement là elle était en présence de Kiefer... ça suffisait à tempérer ses ardeurs. Montrant les crocs, elle se contenta donc de marmonner un "va te faire foutre ducon" inaudible : l'intention y était, même si elle se serait sentie mieux après l'avoir clamé haut et fort. C'était vrai, quoi! Comme si ça l'amusait de venir ici! On n'allait pas en plus lui reprocher de s'être ramenée sans rechigner?

Ses yeux croisèrent ceux de Kiefer. Pendant un court instant, l'expression de la Primera la laissa imaginer qu'il ne pensait pas plus de bien de son collègue qu'elle ; elle n'en éprouva pas de la complicité, mais cela lui permit de se sentir un peu mieux. Puis Kiefer prit la parole et lui demanda de s'asseoir où bon lui semblerait. Il y avait dix places de libre et trois membres de l'Espada présents dans la pièce. Netaly ne voulait pas être trop près d'eux, de leur chef surtout, mais elle ne voulait pas non plus qu'en s'installant trop loin, ils croient qu'elle avait peur d'eux. Parce que ce n'était pas le cas. Pas du tout.
La petite Arrancar attrapa le siège qui revenait au numéro cinq, séparé d'une place seulement de Kiefer. Le fauteuil était en pierre blanche, comme à peu près tout le mobilier du palais, mais ce qui rendait son dossier inconfortable, c'était le fait qu'il était parfaitement droit. Impossible de s'y caler et d'adopter une position décontractée ; pour ça, il fallait s'appuyer sur la table. Après s'être un peu tortillée sur son siège, Netaly finit par garder la jambe droite relevée, le talon prenant appui au bord et l'autre jambe pendant dans le vide, et par croiser ses avant-bras sur son genou, ce qui l'amenait à incliner légèrement le buste. Tout le temps que Kiefer parla, Netaly, la tête penchée sur le côté, ne le quitta pas des yeux.

Les nouvelles étaient on ne peut plus intéressantes. Après un mois d'interdiction, Garganta redevenait accessible et les conduirait dans le monde réel, celui des humains. Cela faisait de très nombreuses années que Netaly n'y avait plus mis les pieds : après être devenue un Menos, son seul garde-manger avait été le désert del Hueco Mundo. Étant casanière, elle n'avait pas changé ses habitudes alimentaires depuis lors. Enfin, là il ne s'agissait pas d'aller casser la croûte, mais bien d'aller démolir quelques ennemis. La petite Numeros eut un sourire. Finalement, elle ne regrettait pas d'avoir été convoquée!
Elle déchanta vite quand Kiefer leur apprit la répartition des équipes.


« Des questions ? » demanda la Primera, achevant ainsi sa petite présentation.

Bien sûr qu'elle en avait une, de question! Pourquoi est-ce qu'elle se retrouvait avec le type qui s'était amusé à jouer avec ses nerfs, il y avait un mois de ça? Autant la partie où il s'agissait de frapper lui plaisait, autant cet aspect de la mission ne lui faisait pas envie, mais alors pas du tout!... Quoique c'était toujours mieux que de se retrouver avec ce chiant, Dante, ou avec l'autre type, celui qui avait une tête de navet. Ce dernier, plus rapide qu'elle, demanda justement quelque chose :


« Juste une question: on peut se déchaîner sur les humains, aussi ?
— T'es con ou quoi ?
ne put-elle s'empêcher de ricaner sans relever la tête, C'est dans l'monde des humains qu'on s'rend, navet! Bien sûr qu'on va leur pourrir la gueule ! »

Ce type confondait les frappes chirurgicales avec un pique-nique ou quoi? En tout cas, avoir insulté quelqu'un, même légèrement, avait redonné un peu d'assurance à Netaly. Elle laissa retomber sa jambe et s'avachit contre le dossier de son fauteuil, un bras appuyé derrière sa nuque pour rendre la position au moins un peu confortable. Sa main libre tenait le fourreau de Nagita, qu'elle ne pouvait garder à la ceinture quand elle s'asseyait.
Bon, tant pis pour Kiefer. Après tout, elle serait seule avec lui, loin de cet abruti d'Esaac qui ne s'attirait que des emmerdes. Cette fois-ci, elle n'aurait rien à craindre de ses réactions de dégénéré consanguin!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://koklico.deviantart.com
Dante
Segunda Espada
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 02/06/2008
Age : 28
Localisation : En dessous d'une pompe à bière plus que certainement

Informations des personnages
Rang: 2
Expérience:
1000/1000  (1000/1000)
Etat: En pleine santé

MessageSujet: Re: Meeting à Las Noches   Sam 8 Nov - 18:04

Quelle litanie horrifiante, que de jérémiades agaçantes. Quand Dante était entré dans la salle et malgré la pointe d'agacement qu'avait provoqué sa remarque, il était de plutôt bonne humeur, curieux et intéressé. Mais dès la réunion commencer et les explications de Kiefer entamé, il avait viré sans prévenir dans le domaine obscure de la colère sans se l'expliquer. Rien de grave jusque là, mais les chamailleries inutiles et puériles du Décima et de cette petite Fraccion dont l'arrogance commençait à sérieusement l'énerver aujourd'hui (pourtant elle n'avait pas fais grand-chose pour, elle n'avait même pas répliqué à sa remarque) l'avait rendu irritable en moins de quelques secondes. Oui c'était encore les conséquences de ses humeurs soumises au vent du changement comme une véritable girouette. Mais il fallait admettre que ce genre de question et de réaction ridicule n'avait pas sa place dans une salle de réunion de l'Espada.
Ses oreilles bourdonnaient du bruit sourd d'une fatigue nerveuse aussi subite qu'incompréhensible et qui générait en lui une dangereuse colère, que curieusement il ne tentait pas de réguler. D'un seul coup son aura tripla de volume et l'air se fît plus lourd, ses yeux rouges flamboyèrent d'un feu aussi effrayant que malsain. La chaleur que dégageait son Reiatsu aurait fait suffoquer n'importe quel humain normal, bien qu'ici en présence d'Arrancar une si petite poussée de Reiatsu les fasses à peine transpirer un peu. Mais le but n'était pas de les mettre à genoux, ça c'était plutôt la spécialité de Kiefer. Toujours est-il que dans la même position, bras croisés et yeux fermés, que lorsqu'il s'était assis à sa place, il était entrain de laisser monté en puissance son Reiatsu de couleur pourpre, désormais perceptible de tous.

Ses yeux s'ouvrirent doucement et sa bouche s'étira en un rictus mauvais. Les flammes qui dansaient dans ses yeux de sang étaient déjà suffisante pour faire comprendre le fond de sa pensée, à ce qu'il assimilait maintenant à deux gêneurs. Ses coudes se posèrent sur la table, joignant dans le même temps ses mains et projetant son regard sur les deux Arrancar par-dessus, légèrement avancé dans son fauteuil, il souffla doucement, comme un vent du sud dans les Arides désert de l'Afrique qui vous brûle la peau et vous dessèche la gorge. Ce n’était pas à lui de faire ça, il le savait, mais il l’oublia volontairement espérant que Kiefer n’y verrait pas d’inconvénient ou ne sombrerait pas dans une de ces réaction paranoïaque en pensant qu’il défiait son autorité.

« Taisez-vous...Vous commencez sérieusement à m'agacer de la façon la plus dangereuse qui soit. Si tu poses encore une question aussi ridicule Ellana je t'arrache la langue. Et si tu réagis encore une fois comme un gosse mal élever et que te remettre à ta place devient une nouvelle fois une nécessitée, j'en ferai de même avec toi petite Numéros. Nous sommes ici dans la salle de réunion de l'Espada, ou se réunisse sur ordre de notre maître les dix êtres les plus puissants de Las Noches, c'est un privilège de s'asseoir à cette table quand on en fais pas partie. Et plus encore lorsqu'on en est membres, auquel cas plus que n'importe qui, on fait preuve dans cette salle d'humilité, d'intelligence et de déférence en évitant de polluer de déchets sonore l'assemblée toute entière. Bien qu'elle soit réduite aujourd'hui, ça ne justifie en rien votre puérilité à tous les deux. Dès qu'on s'assied autour de notre Primera, on écoute et on se tait. On ne réagit avec des questions, que lorsqu'elles sont pertinentes et on ne verse pas dans les commentaire aussi inutile qu'agaçant. D'autant que vous semblez tout deux, ne pas bien comprendre le terme frappe chirurgical...Autrement dis attaquer rapidement et efficacement sans laisser le temps de comprendre ou de réagir l'ennemi un point donné. Pas massacrer tout ce qu'on peut sur une plateforme désignée. Mais vous avez la chance d'Être réparti en deux équipes avec deux personnes qui ne manqueront pas de le rappeler. J'espère que vous avez bien compris le message que j'essaye de vous faire passer...Parce que je ne le répèterais pas la prochaine fois. Je déteste me répéter !Et je dis ça indépendamment de ce que pense Kiefer. Inutile de penser qu’il sera votre bouclier! Je ne veux pas sortir d’ici avec la tête comme un seau… »

Il soupira un instant, un sourire illumina son visage et ses yeux cessèrent de briller de cette colère contenue qu'il semblait manifester il y a encore quelques secondes. Passant de l'énervement le plus totale à l'excitation et le bonheur le plus complet. Pour ceux qui n'avaient pas l'habitude de le côtoyer, il devait sembler complètement fou. Et c'était peut-être le cas mais, qui ne l'était pas un peu à Las Noches. D'autant que vivre une Arancarisation naturelle laissait des traces indélébiles. La douleur était insupportable et beaucoup sombrait dans la folie. Bien que beaucoup soit un adjectif quantitatif très exagéré quand on parle d'Arancar naturel.

Il tourna la tête vers Kiefer, cette fois le visage fermé son beau sourire effacé et ses yeux plissé posé sur le visage pâle de son Primera. Il avait cependant une question et quelques demandes de précision à formuler. Kiefer était un excellent chef, bien qu'il ait parfois tendance à oublier un peu son rôle (car même si Las Noches était une véritable dictature, des responsabilités il en avait) quand il se focalisait sur ce qui l'intéressait mais, jamais Dante ne se permettrait même pour lui de remettre en question son aptitude à les diriger...pour l'instant. Cependant ses exposés étaient souvent trop succinct et manquait de précision. Oubliant sans doute que tous n'avait pas accès à autant d'information que lui qui était Primera. D'autant qu'avec ces deux énergumènes mieux valait fixer dès le début des limites claires à leur champ d'action. Ou en tout cas le pensait-il.

« Bien je suppose que ces « frappes chirurgical » ont un but précis. Sans quoi je vois difficilement comment nous pourrions être efficace. Et je suppose qu'il s'agit du portail que les humains construisent. Je connais son existence oui, tout le monde le sait, la rumeur s'est répandu comme le feu au poudre dans tout le palais. Mais, quelque chose me dérange, sous-estimeriez-vous les humains ? Voire les Shinigamis ? Ils ne sont pas puissants, c'est vrai, mais ils sont nombreux et leur technologie est dangereuse, comme le prouve ce projet de portail. Et je doute qu'il ait laissé sans défense un artefact aussi important. Alors, ne vaudrait-il pas mieux d'abord le repérer puis l'attaquer de plusieurs côtés ensemble ? »

Ce n'était en rien une contestation du plan de Kiefer, mais de simple suggestion. En tant que Segunda il aurait été bien dommage que Dante soit incapable d'en apporter. A quoi servirait alors d'être si haut placé dans l'Espada ? Il y avait son pouvoir certes, mais un combattant aussi puissant soit-il n'était qu'un proie sans un minimum de sens de l'initiative et de capacité de réflexion et d'analyse. C'est d'ailleurs ce qui rendait Kiefer si dangereux...

Tout en restant attentif à l'éventuel réponse du Primera il sortit de son col une sorte de casque accroché autour du coup, on aurait dit un collier de fer blanc, mais à l'intérieur sur la surface plane en contact avec la peau, des millier de petits points noirs apparaissaient. Dante expliqua rapidement et pour conclure ce qu'il avait encore à ajouter malgré la réponse au Primera, que c'était un instrument de communication développée par les Numéros affectés à ce qu'il appelait le Bureau d'étude de Las Noches. En effet pour contrebalancer leur retard dans le domaine notamment de la communication et de la technologie en général Las Noches s'était dotée de son propre bureau d'étude et de développement, dont la fonction était à peu près la même que la douzième division, mais qui était contrairement à l'ancienne Espada d'Aizen pas seulement constitué d'un Espada plus intelligent que la norme. Mais bien d'une multitude d'Hollow Arrancarisé et plus malin et intelligent que les Numéros normaux voir que certains Fraccions ou Espada eux-même. Du plus pur point de vue scientifique bien sûr. En vérité ces Hollow était même de très mauvais combattant avant et maintenant et ne devaient leur salut qu'à leur intelligence.

L'instrument en question s'accrochait d'instinct à la peau grâce au millier de petites ventouses et absorbait pour fonctionner un infime part de l'énergie spirituel quel envoyait en cas de communication par onde ultra rapide (oui bien plus vite qu'un sonido), instantané en d'autres termes. Ce qui permet une communication n'importe où n'importe quand dans n'importe quel endroit, pour vu qu'on connaisse la trace du Reiatsu de la personne à contacter. La communication se fait d'esprit à esprit, une fois mis en relation le fluide est continu et la conversation ininterrompue. Les émissions sont si faibles au point de vue quantitatif qu'il est pratiquement impossible d'en repérer ou sentir une trace et aucun message puisqu'il s'agit d'énergie spirituel ne peut être décodé. Le but de ces explications était que tout le monde en porte un pour rendre la communication plus facile entre eux plus facile. Kiefer connaissait peut-être déjà l'instrument puisqu'en l'absence d'un Espada compétent pour gérer le Bureau, il répondait directement à ses ordres. Peut-être même était-ce lui qui avait commandé un tel développement mais, toujours est-il qu'il avait découvert la finalité du projet avec surprise il y a peu et demandé à en posséder deux, un pour lui et un pour Ellena, afin d'en tester l'efficacité. Qui avait d'ailleurs vite convaincu le Segunda. Aussi demanda-t-il au primera s'il pouvait tous en porter un, ce qui permettrait également de tester son efficacité sur le terrain. Sur quoi il se tût et ferma à nouveaux ses yeux rouges se plongeant dans une obscurité apaisante, croisant de nouveaux ses bras et ses jambes après avoir replacé son casque.

Il pensa ensuite, brutalement à Ellena, les mots du Primera lui revenant devait-elle venir avec eux ? Il n’en voyait pas vraiment l’intérêt, mais d’un côté ce serait une occasion pour elle de prouver à Dante qu’elle avait progressé sous ses ordres. Après tout…Pourquoi pas, Kiefer avait eu une idée intéressante finalement. Et elle l’empêcherait de perdre tout contrôle qui plus est…Si jamais ça arrivait ce qui était cependant peu probable. Puisqu’il devait en être ainsi…

_________________


Dernière édition par Dante le Sam 22 Nov - 3:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Insamented Fang
Tercera Espada
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 09/11/2008

Informations des personnages
Rang: 2
Expérience:
950/1000  (950/1000)
Etat: En pleine santé

MessageSujet: Re: Meeting à Las Noches   Sam 22 Nov - 1:47

Fang bondit à l'extérieur du palais avec un cri de soulagement.

Cette fenêtre s'était faite attendre. Fang n'avait pas envisagé, en décidant de partir à la recherche de Kiefer, qu'elle puisse avoir tant de mal à trouver une sortie. Pas que ce soit une nouveauté - au contraire, la chose lui était déjà arrivée à plusieurs reprises. Fang ne l'avait pas non plus oublié. Elle n'avait juste pas réfléchi au moment de partir, et une fois sa décision prise, qu'aurait-elle gagné à rebrousser chemin ou à s'arrêter ?
Elle avait donc couru le long d'une multitude de couloirs, d'autant plus semblables qu'elle progressait trop vite pour remarquer les petits détails qui auraient pu les différencier les uns des autres - les fissures et les trous dans les murs, les portes, la poussière et les taches de sang séchées, les Arrancar qui les arpentaient. Elle n'avait pas recouru au Sonido, d'abord parce qu'elle n'avait pas encore pris le réflexe de l'utiliser, et ensuite parce qu'à la réflexion, elle ne voulait pas s'en servir. Pas pour une petite fenêtre contrariante de rien du tout. Le Sonido était un cadeau de Kiefer, le gaspiller pour des broutilles aurait été lui manquer de respect.
Et ça, Fang ne le voulait à aucun prix.
Elle aurait aussi pu s'ouvrir un passage vers l'extérieur en défonçant quelques murs. Cette possibilité était la plus naturelle pour elle, son premier réflexe, qu'elle réprimait toujours consciencieusement. Les murs appartenaient à Kiefer, avec le reste du palais, et on n'abîmait pas les affaires de Kiefer. La seule exception était la bouffe, que la Primera l'avait autorisée à manger quand bon lui semblait tant qu'elle ne lui était d'aucune utilité.

En venant à ce sujet primordial, les pensées de Fang s'égarèrent vers la tête qu'elle traînait à bout de bras.
Elle avait autrefois - quelques heures plus tôt restait un autrefois pour Fang, aux yeux de qui la seconde précédente se diluait déjà dans la masse confuse de l'avant - appartenu à un morceau de bouffe particulièrement insolent. Fang l'avait réduit à l'état de charpie, et s'était mis en tête de rapporter son trophée à la Primera. Elle ne pensait pas que Kiefer le mangerait, bien sûr, même si l'idée ne lui aurait pas déplu. Kiefer se nourrissait seul, à sa manière élégante et débordante de puissance brute. Fang aimait juste le voir rire, et elle avait découvert que lui amener ce genre d'objets provoquait de l'amusement chez la Primera.

Elle bondit d'un bâtiment à l'autre pour aller se percher sur une tour.
Une fois perchée sur la paroi, elle laissa son regard errer sur les toits de Las Noches. Ils étaient aussi blancs que le reste ; certains n'étaient pas vraiment des toits mais des dômes, comme le grand juste à ses pieds. Elle plissa le nez et chercha la partie du palais comportant les appartements de Kiefer.
Elle venait de la trouver quand une pensée lui traversa l'esprit. A ce moment, Kiefer n'y était peut-être pas. Si le concept d'heure était étranger au Hueco Mundo, il existait à Las Noches une succession régulière de période de calme et de repos et de périodes d'activités. En y réfléchissant, Fang avait croisé beaucoup de Numeros dans les couloirs - le palais devait donc être entré dans une période d'agitation. Kiefer était donc sûrement sorti, puisqu'il était le repère sur lequel se basaient les Numeros du palais pour rythmer leur existence.
Elle ferma les yeux, fronça les sourcils et enclencha sa Presquisa.

Kiefer se trouvait dans une autre partie du palais, bien plus à droite. Fang ouvrit les yeux et rompit sa technique de repérage du même coup, car elle manquait de pratique dans ce domaine. La Presquisa requérait une maîtrise du reiatsu précise et bien différente de ce dont elle avait pris l'habitude dans le désert, c'était pourquoi elle demeurait incapable de la maintenir sans y accorder toute son attention. Elle s'élança dans la direction de l'énergie de Kiefer, et ne reconnut l'endroit où il se trouvait qu'en atterrissant sur le toit.
Kiefer se trouvait dans sa grande salle de réunion.
Fang aimait cette pièce, d'avantage que bien d'autres dans le palais, et pas uniquement parce que Kiefer l'honorait de sa présence. On y trouvait une table, et même des chaises, dont l'une portait le numéro de Fang. Kiefer lui avait dit qu'à l'occasion, elle y serait conviée pour une réunion de l'Espada. Ses pairs n'éveillaient guère la curiosité de Fang, cependant, elle trouvait amusant de se balancer sur la grande chaise que Kiefer lui avait accordée dans la salle.

Elle pénétra à l'intérieur par la fenêtre de la pièce voisine, déclenchant un mouvement de panique parmi les Numeros attroupés derrière les portes et attendant les prochains ordres de la Primera. Contrairement à la plupart de leurs congénères, ces Arrancar connaissaient déjà Fang, et avaient eu l'occasion de constater à quel point la nouvelle Tercera pouvait être dangereuse, en dépit de son allure de garçonnet maigrichon. Sitôt que ses pieds eurent touché le plancher, elle jappa :
"Kief !"
Les Numeros autour d'elle semblèrent reprendre contenance en la voyant s'approcher des portes. A contrecoeur, ils se placèrent entre elle et l'entrée, baragouinant toute une série de phrases compliquées, entrecoupées de couinements de terreur. Fang sourcilla et leva sa main libre, au poignet de laquelle pendait Rabia.

Pour la deuxième fois depuis son arrivée au palais, ce fut un petit Numero nommé Osso qui parvint à la raisonner. Par la mécanique complexe des mouvements de masse face à une Espada contrariée, il découvrit une seconde trop tard qu'il s'était avancé vers Fang. Ses jambes se resserrèrent instinctivement, il leva les mains dans l'espoir de paraître encore plus faible et insignifiant, mais la faucille qu'il avait gardée serrée dans son poing gauche altérait un peu l'effet recherché. Fang bondit juste à ses pieds, lui arrachant un glapissement ; il recula en toute hâte en prononçant sans le savoir les mots qu'il fallait.
"M-maître Kiefer est en réunion, av-avec les - d'autres Epasa-Espada, maître -euh- maîtresse Fang... I-il ne sera pas content si vous - si on le d-dérange..."
Fang se laissa tomber au sol en grimaçant de dépit.
"Ah, bah merde."
Les Numeros qui gardaient les portes poussèrent un long soupir. De toute évidence, aucun d'eux n'aurait su quoi faire si Osso n'était pas intervenu. Osso, lui, ne soupira pas. Il s'était écroulé pour former en un petit tas geignant et informe sur le sol, trop terrifié pour comprendre immédiatement la réaction de Fang. Les autres Numeros échangèrent de longs regards inquiets, puis pensifs et finalement satisfaits. Osso fut relevé d'un coup de pied dans l'arrière-train et les portes entrouvertes. On prit à peine le temps de lui glisser une explication avant de le jeter dans la salle.
Il parvint tant bien que mal à éviter de s'étaler au sol devant les trois Espadas, reprit un semblant d'équilibre et courut se jeter aux pieds de la Primera. Ses longue mèches violettes, rabattues devant son visage, étouffèrent à demi son annonce, de sorte que Kiefer fût le seul à l'entendre distinctement.
"M-m-maître, ce-c'est la... Vous av-vez annoncé u-une réunion des Espada, et maît- la Terc-cera vient d'arriv... Mais comme v-vous ne l'aviez pas - pas envoyé chercher..."


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiefer
La Primera Espada / Kiefkief
avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 19/04/2008
Age : 33
Localisation : Wherever I may roam

Informations des personnages
Rang: 1
Expérience:
1200/1200  (1200/1200)
Etat: En pleine santé

MessageSujet: Re: Meeting à Las Noches   Lun 24 Nov - 0:24

Tout le monde avait écouté très calmement ce que Kiefer avait eu à dire, et personne ne l’avait interrompu. Il avait pu exposer ses idées et ses plans en toute quiétude, mais s’était attendu, au moment où il avait demandé si il y avait des questions, à ce que ça « bouge » un peu. Et en effet, les arrancars avaient profité de ces quelques secondes pour se mettre sur la gueule en un temps record. La question d’Ellana était certes pas très adaptée à ce qu’il avait expliqué jusque là, à savoir qu’il ne les envoyait pas pour un génocide, mais il n’eut pas le temps d’y répondre pour se ré-expliquer, puisque Netaly renvoya le Decima dans les cordes. Elle avait répondu à côté d’ailleurs. Oui, ils allaient certainement, sûrement, briser pas mal de petites vies absurdes, mais c’était plus des dégâts matériels qui étaient attendus.

Le Primera ouvrit la bouche mais la referma lorsqu’il sentit son voisin de table piquer une de ses colères psychotiques. Le Secunda était un hyper lunatique, et il pouvait passer de la tranquillité au pétage de câble, et ça exaspérait Kiefer. Dante était peut être quelqu’un de parfait pour le poste de Secunda, il trouvait aussi qu’il se rapprochait un peu trop de son propre trône, en parlant trop souvent, et en s’imposant alors que ce n’était pas à lui de le faire. Kiefer fronça des sourcils et serra les dents plusieurs fois, dans l’optique de se contrôler, ce qui faisait jouer les muscles saillants de ses mâchoires. Il n’était pas impressionné par le niveau de Reiatsu de Dante, même si il était très élevé, mais choisissait, pour le moment et pour le bien de leur mission future, de ne pas régler une bonne fois pour toutes ces petites choses qui l’énervaient dans le Secunda. Ce n’était pas le moment de déclancher une rixe qui compromettrait ses plans. En revenant, ce serait bien mieux. Il choisit donc de ne rien dire, et afficha sur son visage une complète et profonde neutralité, s’adossant à nouveau sur sa chaise.

Dante menaçait les deux autres de divers sévices… Comme si ça allait résoudre le problème à long terme. Enfin, bref, ça ne le concernait pas. Que le Secunda se fasse craindre, cela ne serait que plus terrible pour les petits plaisantins quand ils imagineraient alors de quoi était capable de Primera. Par contre Dante faisait un commentaire judicieux : il réexpliquait ce qu’il entendait par frappe chirurgicale. Et ça, ce serait quelquechose de moins à faire pour Kiefer. L’avant dernière phrase du Secunda en mode colère l’étonna un peu. Qui croyait que le Primera serait le bouclier de qui ? De quoi parle t-il ? Enfin, on s’en fiche, ce n’est pas la question, seulement Kiefer se demandait bien ce qu’il avait pu entendre par là. Non, le Primera n’était un bouclier pour personne… Bref.

Enfin Dante se calmait et regardait maintenant son supérieur avec un sourire calmé. Quel lunatique… Et voilà qu’il recommençait à causer, mais son discours était plus intéressant. Kiefer se pencha un peu en avant pour lui répondre. Il ne regardait pas les deux autres mais faisait en sorte de parler assez fort, parceque si Dante était tout près, il fallait qu’Ellana, à l’autre bout de la table, entende aussi.

« But précis ou pas, le portail est bien entendu une cible de choix. Si il est dans votre portée, n’hésitez pas à le prendre pour cible, mais comme j’ai dit avant, si c’est trop gros, trop bien protégé, une autre cible ferra aussi l’affaire. Quelquechose de beau et d’important. Les humains aiment toujours construire de beaux ou gros complexes pour les endroits stratégiques, vous les trouverez vite. Las Noches doit faire peur, et on doit avoir l’impression que les destructions causées sont faites avec la plus grande facilité. Donc je laisse à chaque meneur d’équipe, en l’occurrence toi et moi, le choix sur place du symbole à viser. »

Il tourna quelques secondes son regard sur Ellana.

« Je me fiche de savoir combien d’humains seront tués. Vos attaques devront surtout être terribles pour leur moral. Et si en plus vous abattez des centaines d’humains, je ne m’en plaindrai pas, mais ce n’est pas ce qui importe le plus. Il faut leur faire PEUR. Ce raid est un premier avertissement. »

Il regarda à nouveau Dante.

« Et je ne sous estime pas les humains et les shinigamis. Si vous êtes rapides et intelligents comme je pense que vous l’êtes tous, à des niveaux différents, certes, il n’y aura pas de problème avec eux. Il ne faut pas qu’il y en ait. Si il y en a, alors réglez les avec panache, c’est tout ce que je demande, ne soyez pas leur risée. Ah, et oui, par contre je vous sur estime, vous tous, peut être un peu, mais ça ce serait très désappointant… J’espère que vous me ferrez honneur… »

Sa dernière phrase avait été dite avec un sourire mauvais au coin de la bouche. Il comptait sur eux. Un échec ne serait pas toléré. Dante détourna son regard scrutateur en sortant un communicateur de sa poche. Oh, ça ! Ces petits engins faisaient partie de ce sur quoi travaillaient les Arrancars du centre de recherche. Ces petits colliers de métal étaient en effet une bonne invention, mais c’était vrai que Kiefer n’y avait pas songé pour une simple et bonne raison : ça ne marchait pas très très bien sur lui. Enfin, si, ça marchait tant qu’il ne se mettait pas en colère, ou ne se laissait pas emporter par ses envies de destruction… Ou plutôt tout simplement tant que l’acide qui lui servait de sang n’affleurait pas à la surface de sa peau. Parceque le joli petit mécanisme ne supportait pas son degré de corrosion. L’appareil était donc inefficace sur lui-même, il l’avait un peu oublié, confiant à nouveau son développement au centre. Néanmoins ce serait utile pour les autres et pour lui au début. Il ferrait donc en sorte que chacun reçoive le sien en sortant de Las Noches. Il félicita Dante de son idée d’un court et bref hochement de tête. C’était déjà beaucoup pour lui de reconnaître que le Secunda avait eu une bonne idée qu’il n’avait pas eue en premier, alors les merci s’arrêteraient là.

"Kief !"

Un appel fort peu protocolaire lui fit tourner les yeux vers la porte de la salle de réunion des Espadas. Son nom avait été prononcé assez fort pour qu’il l’entende à travers les lourdes portes, et le Primera reconnut tout de suite la personne, la SEULE personne de Las Noches qui s’évertuait à l’appeler ainsi. Fang… Ah, elle débarquait sans avoir été invitée celle là. La Tercera n’était pas une mauvaise fille, disons qu’elle avait surtout l’énorme avantage d’être totalement et éperdument dédiée à sa cause. Elle était à part ça mal élevée, hyperactive, et ne comprenait pas ce qu’était le respect, mais comme c’était un faible mal qu’il n’avait jamais réussi à soigner, Kiefer s’était résigné à l’accepter tel quel. Ca lui faisait par contre faire d’énormes concessions et des efforts terribles pour ne pas se fâcher et lui en coller une… Au bout de quelques secondes à peine, les portes s’ouvrirent et on balança un arrancar aux cheveux violets dans la salle. Kiefer l’observa s’approcher en plissant les yeux. Sa présence ici n’était pas à son goût, il avait demandé à être seul avec les trois autres Arrancars pendant toute la réunion…

Le petit Arrancar était terrorisé et venait de se jeter à ses pieds pour expliquer ce qui faisait tout ce raffut. Evidemment que Kiefer savait que tout était à cause de Fang. Si il ne l’avait pas invitée, c’était parceque les équipes qu’il avait choisies n’avait pas besoin d’être plus fournies. Allait elle le tanner pour faire partie du jeu ? Pour aller elle aussi faire mumuse sur Terre ? Le Primera poussa un petit soupir et posa ses yeux sur l’arrancar aux cheveux violets.

« Dégage de là immédiatement. »

Il ne regarda même pas la réaction du Numéros et repoussa sa chaise pour se lever enfin. Si ils restaient dans la salle, Fang ferait le pied de grue devant, soit entrerai carrément après avoir épuisé toute sa patience. Et puis la sienne à lui aussi était déjà assez entamée.

« J’en ai assez de rester assis. Si vous avez d’autres questions, ce sera en chemin. Regroupement à la porte principale de Las Noches. Les deux équipes devront s’éloigner du palais au maximum dans deux directions différentes. Au moins si des ennemis arrivent à détecter l’entrée de notre Garganta, ils n’arriveront pas à Las Noches tout de suite. »

Souhaiter bonne chance aurait été superflu et le Primera plongea son regard dans les yeux des trois arrancars, comme pour s’assurer que tout le monde avait bien comprit. Enfin il se dirigea vers la porte et l’ouvrit. Fang attendait bien là, mais il lui passa devant sans trop la regarder. Il s’adressa à un Numeros qui serait chargé d’aller chercher des communicateurs pour tout le monde et leur apporterait tout ça à l’entrée principale du palais.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saphyrr.deviantart.com
Dante
Segunda Espada
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 02/06/2008
Age : 28
Localisation : En dessous d'une pompe à bière plus que certainement

Informations des personnages
Rang: 2
Expérience:
1000/1000  (1000/1000)
Etat: En pleine santé

MessageSujet: Re: Meeting à Las Noches   Lun 24 Nov - 13:10

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Meeting à Las Noches   

Revenir en haut Aller en bas
 
Meeting à Las Noches
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Meeting with the infinity [TERMINE]
» Meeting with the infinity
» Las Noches : go go go !
» Meeting Macron à Lyon
» October Surprise? McCain secret meeting with Pinochet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Survival :: Hueco Mundo :: Las Noches :: Trône du chef suprême-
Sauter vers: